Image_2voilà, c'est un fait. je ne suis pas douée pour parler des livres... je peux juste vous dire "whaou, punaise, c'était bien" ou "pouah, c'est nul ", oui je parle plutôt comme ça, c'est vous dire si on est loin, très loin de la critique littéraire sérieuse et irréprochable !!! mais j'avais quand même très envie de vous parler de ce livre l'élégance du hérisson ! vous ne pouvez pas ignorez ce titre, ce livre se trouve partout , jusque dans votre supermarché, en tête de gondole, c'est dire... il est couvert de prix dont celui qui ne supporte aucune contestation : le prix des libraires. c'est écrit dessus, sur la banderole rouge avec des lettres blanches et ça laisse supposer que passer à côté serait une grossière erreur, un manque total de goût, un oubli impardonnable. alors, au bout d'un an, on s'incline devant une telle unanimité et on l'achète !

appâtée par tant d'éloges, j'ai donc sauté dessus, m'attendant à trouver le roman de l'année : un texte bien écrit mais abordable, des phrases courtes allant à l'essentiel, des portraits attachants... n'oubliez pas que ce livre peut être acheté dans un supermarché et qu'il doit de ce fait, pouvoir être commencé dans la file d'attente de la caisse... je me jette donc dessus et, je me mange un mur, paf ! les phrases sont longues, si longues que je les commence sans les finir. moi, qui d'habitude, lis comme on butine, sautant de mot en mot : stupeur ! tous les mots sur lesquels je me pose  me collent aux pattes et engluent mon cerveau. je reprends donc, plus calmement. je relis 3 fois la même phrase pour la comprendre et je repense, perplexe, au supermarché... pourquoi diable, ce livre est-il vendu dans mon supermarché, écharpé de rouge gage de qualité, signe de reconnaissance? jour après jour, phrase après phrase, j'avance malgré l'arrogante érudition de renée et de paloma... je fronce les sourcils, j'ai l'impression de relire les notes d'un cours de philo auquel je n'aurai pas assisté... je me demande si je suis bête, puisque tout le monde semble avoir aimé, mais je m'accroche... à la moitié du livre, un nouveau personnage entre en scène et change la donne, je commence à m'attacher au trio, je saute les réflexions psycho-philosophiques, je prends des libertés et les pages défilent... un soir, je ne me résous pas à poser mon bouquin pour dormir... je les aime bien ces trois cabossés de la vie, malgré les mots, l'écriture, le style... le dernier chapitre arrive et cette fin qui tombe là, comme ça, au moment où on était enfin bien ou tout semblait aller pour le mieux. voilà, ce que j'ai préféré dans l'élégance du hérisson, c'est ce dernier chapitre. c'est étrange de n'aimer qu'un livre que pour la dernière note qui raisonne encore alors que la chanson est finie, le petit goût qui reste en bouche alors qu'on a tout avalé. c'est peut-être ça l'élégance du hérisson, un livre qui pique mais auquel on repense malgré tout, étrange...

voilà, c'est juste mon sentiment, mais je serai curieuse de savoir ce que vous en avez pensé, si vous l'avez lu.