attention ce post peut heurter la sensibilité des tricoteuses...

j'héberge chez moi à l'insu de mon plein gré des petites bêtes appelées anthrènes. je ne sais pas comment elles sont arrivées là, je sais juste qu'elle se plaisent beaucoup chez nous, à mon grand désespoir. en effet, on aurait pu éventuellement cohabiter en paix si ces petites bestioles ne se gavaient les mandibules de ma laine, de mon alpaga ou de mon cashmere... un petit brin par ci, un petit brin par là et les pelotes ont vite fait de ressembler à un gruyère, bouh, misère de misère...

anthreme

je n'ai jamais croisé les parents anthrènes, je ne croise que les larves et leurs mues qu'elles abandonnent en grandissant dans le fond des tiroirs, entre les plis des coupons de tissus, dans les paniers de pelotes. hier, je me suis "amusée" à leur tirer le portrait au cas où l'un ou l'une d'entre vous connaitrait le moyen de leur faire quitter définitivement l'appartement que je puisse finir ma babette et la poser sur la canap' sans avoir peur qu'elle serve de diner ! j'ai déjà mis du cèdre, de la lavande, de l'anti-mîte bien chimique et j'en suis à congeler mon alpaga pour le protéger des morfales. s'il vous plait aidez moi !

 

et ce matin comme si je n'avais pas assez de petites bêtes chez moi, j'ai découvert des empreintes de petites dents (un rongeur ?) dans le chocolat blanc... bizarre !

DSC01415